Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; JCommentsACL has a deprecated constructor in /web/ginungagap1/www/components/com_jcomments/classes/acl.php on line 17

J'entends leurs crocs crisser à se rompre sur mon cercueil de plomb. Leurs ongles se retournent en essayant de se glisser sous le couvercle, de se tailler un chemin jusqu'à moi, jusqu'aux 10 litres de sang chaud et aux 150 kilos de viande que je représente. Dire qu'à ma naissance on faillit me laisser pour mort, rachitique et cyanosé...

Ils se cognent le front à s’en exploser le crane, tambourinent, se déchirent et se battent entre eux. La frustration les aliène. Ils feulent et se mordent… Ce ne sont que des chats, persuades toi que ce ne sont que des chats… Hier, alors que j’avais enfin réussi à trouver le sommeil, ils ont essayé de briser ma coquille en l’envoyant rouler contre des pierres. J’ai été secoué comme un damné pendant plusieurs heures, mais rien n’y fit. Je dois me convaincre que je suis en sécurité, que bientôt je m’allongerai dans un rouleau de corde, sur le pont de mon bateau, pour lire le journal. J’entendrai le chant des pénitents monter depuis les quais et je regarderai glisser les goélands…


Maintenant c’est elle qui me lacère… Elle cherche le point sensible où enfoncer ses ongles, déjà durcis, où déchirer cette peau rendue sèche par l’âge, pour mettre à jour le fuseau sanguinolent de mes muscles ou de ce qu’il en reste. D’un coup de coude je la fais se tordre, alors que mon autre main se referme sur sa gorge. Comme un étau. Je compte. Difficile de maîtriser cette furie dans l’espace confiné du sarcophage. J’ai toujours aimé la bière mais à ce point là…(1) Je ris nerveusement alors qu’au-dessus de moi les coups redoublent. C’est ça, détends-toi à coup de calembours, et dors, vieil abruti… Demain tu recoudras sa camisole et tu la sangleras plus serrée. Je relaxe doucement mes phalanges. Elle repose inanimée, son souffle sur le dos de ma main. Elle vit. Encore. Mes doigts s’emmêlent dans sa chevelure hirsute, remontent vers mon visage en nage. Je pourrais essorer ma barbe tellement je transpire. Sueurs froides. Combien sont-ils à l’extérieur ? A tourner comme des bêtes, immondes, autour de ce coffre fort sépulcral où je m’abrite, toutes les nuits. Est-ce qu’on pourra encore revenir en arrière ? Pour elle…


Je la revois m’apparaître, diaphane, lorsque j’ai pénétré dans leur nid. Les torches alchimiques jetaient leur clarté assassine aux visages des goules, leur rappelant le jour, leur cauchemar, les repoussant dans les ténèbres. J’avais cloué les plus téméraires avec de longs dards de frêne, et je serrais les chargeurs de mon arbalète trafiquée à m’en faire exploser le poing. Inachevés. Grotesques. Pas tout à fait vampires mais plus vraiment humains. Ils grouillaient en piaillant dans les ombres, les yeux en sang, écartelés par la lumière. Si nombreux… Une mer de chair pâle, de crocs et de serres, s’écartant devant moi. Moïse auréolé de lumière chimique. Ange phosphore de pacotille, les ailes en feu. J’avançais à travers leur grotte de Lourdes, éparpillant des soleils de laboratoire, jusqu’au cœur de leur antre souterrain. Ils bondissaient entre les stalactites puis, doucement se refermaient sur moi, pour protéger leurs maîtres dans leur sépulcre de granit. Je jetais au sol les gisants de pierre, poignardais les patriarches assoupis. Droit au cœur. Entre les côtes. Glapissements de douleur. Agonies griffues. Plus d’une fois ils essayèrent de m’emporter avec eux, dans leur dernier souffle. Plus d’une fois, je les repoussai à coup de masse. Elle était debout près du cercueil de son maître, légèrement cambrée. L’arrondi gracieux de son bras révélait une pratique enfantine de la danse et les torches incandescentes que j’avais dispersées alentour nimbaient sa chevelure d’un halo angélique. Je compris immédiatement que l’on puisse engager des fortunes pour la retrouver. J’aurai du me méfier du repli boudeur de ses lèvres, quand elle m’arracha le pieu et m’en traversa la cuisse. L’odeur de mon sang galvanisa la horde et réveilla son bien aimé. Il se dressa d’un bloc à la verticale, avide et enténébré. D’un uppercut du droit j’envoyai la damoiselle au tapis, et je me retournai pour recevoir la charge du séducteur vampirique qui l’avait arrachée à son foyer. Nous roulâmes au milieu des goules caquetantes, ses crocs cherchant le défaut de mon gorgerin d’acier, ses poings martelant mes tempes jusqu’à m’en étourdir. Elle, remise sur pied, revenait à la charge. Désorienté, un goût de sang dans la bouche, je pressai mon bras artificiel contre le corps de son amant, et je tirai. Le recul m’écartela du coude jusqu’à l’épaule, enflammant ma cervelle de fleurs écarlates et douloureuses. La culasse de canon qui me sert d’avant bras vomit sa charge de crucifix et de saintes médailles, cône assassin, sillon sanglant tracé à même la soldatesque vampirique, corps distordus en flammes. Saisir sa cheville fut un réflexe alors que le recul nous expédiait, elle et moi, glissant dans la poussière…


A l’extérieur du cercueil les cris de rage et les martèlements redoublent. Ils doivent lapider le sépulcre, j’entends les pierres s’écraser en averse sur mon toit de plomb. Ferme les yeux, vieil estropié, ce n’est que la grêle contre le tillac (2). Ils nous soulèvent une nouvelle fois, et nous font rouler le long d’une pente. Je profite du roulis. L’arrêt est brutal, et le corps amaigri de Mme Harper vient s’écraser contre moi. Une chance que je sois rembourré. Les monstres pérorent et se chamaillent. Dire qu’il y a des fous pour envier cet état, tous frémissants de devenir « saigneurs de la nuit », ils attendent le baiser crochu et vont jusqu’à simplifier la non-vie des buveurs de sang, leur offrant leurs enfants, ouvrant des brèches dans la frontière…

Les plaintes se mêlent en chuintant aux glapissements de haine et aux râles d’impuissance. Le soleil n’est pas en retard. Allié ponctuel, je l’imagine se hissant à l’horizon, rayon après rayon, chassant des écharpes d’ombre. Regagnez vite les trous putrides d’où vous n’auriez jamais du sortir, sinon gare à vos groins, immondices d’outre tombes. L’astre solaire ne fait pas de détail.


Comme ce midi là, où j’émergeais hagard de leur nid souterrain, ma cliente dans les bras. Je boitais. Derrière moi quelques téméraires s’enflammèrent dans un souffle. Soleil de la Saint Jean, allumeur de brasier, le grand blond couvrait mes arrières. Devant moi s’étendaient les terres désolées des landes vampiriques, canyons et pierriers d’un rouge brique, écrasées sous la chaleur et la culpabilité. Des veines de schiste bleuté palpitaient ça et là, et pour la première fois j’eus l’impression qu’un vent léger cambrait les arbustes rachitiques, couleur d’ossements. Elle hurlait, effrayée par le jour. Mais comme je l’espérais, elle ne s’enflamma pas. Providence. Je l’installai, sanglée, dans le sarcophage de plomb, notre abri nocturne. Et bien qu’épuisé, je passai les courroies de cuir de la bière autour de mes épaules et cercueil au dos, je cavalai.


Je suis trop fatigué pour me souvenir. Combien de fois ai-je répété ces gestes ? Aujourd’hui encore, elle va dormir alors que je peine, prenant des forces afin de me rendre la nuit impossible. Aujourd’hui encore je vais marcher jusqu’à l’épuisement, les épaules sciées, les genoux en compote. Au milieu des ruines et des villages vides. Chancelant comme ces animaux que je croise parfois, exsangues et hallucinés. Soulevant la poussière de routes oubliées, aux pavés disjoints. Avec comme seule perspective, une nuit claustrophobe entre quatre parois de plomb, des coups de griffes pour toute caresse, et la mort si ces canailles de vampires se transforment en perceurs de coffre fort…


Mais je sais que bientôt j’arriverai à la frontière, toute d’hosties consacrées, je l’enjamberai sans me retourner, bousculant les prêtres qui l’entretiennent et les malades qui la dégradent, laissant derrière moi ces terres maudites. Je leur rendrai leur fille, recompterai ma prime, puis je courrai jusqu’au port, léger comme une plume. Le vent s’engouffrera dans les voiles et je filerai comme une mouette entre ciel et eau, vers la vie, vers mes femmes, et des tavernes riantes ouvertes jusqu’à l’aube.


(1) bière : synonyme de cercueil (expression : la mise en bière)

(2) tillac : pont supérieur d’un navire en bois


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir